Livres

Compagnon des humbles

Réédition de La Valise de Sergueï Dovlatov, petit chef-d’œuvre d’humour désillusionné sur la condition humaine en URSS.
Compagnon des humbles
Dans la nouvelle «Les chaussures du maire», le narrateur est affecté à une équipe de marbriers chargés d’ériger une statue dans le métro de Leningrad. Wikicommons / Florstein
Lettres russes

Il paraît qu’à Saint-Pétersbourg tout le monde aime Sergueï Dovlatov (1941-1990). Les étudiant·es, les officiel·les, les petit·es bourgeois·es, les sans-le-sou: chacun·e retrouve dans ses livres quelque chose d’une époque évanouie et farfelue, d’une Russie à la fois chaleureuse, incongrue et chargée de larmes. Rue Rubinstein, la statue de l’imposant écrivain (1.94 m tout de même) surprend par son intégration tranquille dans le paysage urbain. Tiens, voilà Dovlatov, se dit-on, comme si

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion