Neuchâtel

Neuchâtel s’attaque à son passé colonial

La Ville lance un vaste programme d’actions à la suite de deux pétitions demandant à revoir la place de la statue de David de Pury et éclairer son implication esclavagiste.
Neuchâtel s’attaque à son passé colonial
En juillet 2020, la statue de David de Pury est aspergée de peinture rouge pour symboliser le sang des esclaves grâce auxquels l’illustre négociant neuchâtelois a bâti, au moins en partie, sa fortune, avant de la léguer à sa ville natale. KEYSTONE/Laurent Gillieron
Histoire

La Ville de Neuchâtel veut faire la lumière sur son passé, y compris sur les zones d’ombre, en assumant les héritages historiques mêmes contestables. Elle lance un ambitieux programme d’actions afin de mieux comprendre et faire connaître l’implication coloniale de familles neuchâteloises. Les marques mémorielles dans l’espace public seront recontextualisées. L’été passé, dans le sillage du mouvement Black Lives Matter, la colère engendrée par le meurtre de Gorges Floyd atteignait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion