Agora

Un débat citoyen salutaire sur la publicité dans l’espace public

Défendant des rues sans publicité commerciale, Ada Bernier et Emmanuel Deonna rappellent les enjeux de l’initiative populaire communale «Genève zéro pub», discutée prochainement au Conseil municipal.
Ville de Genève

L’initiative «Genève zéro pub: Libérons nos rues de la publicité commerciale» vise à privilégier la qualité du paysage urbain, à favoriser la mobilité des personnes – en particulier celles en situation de handicap – et à accroître le bien-être de la population. Elle permet de lui éviter une exposition non désirée à la publicité commerciale dans l’espace public et de subir les méfaits de la surconsommation, de l’obsolescence programmée et du surendettement.

Pendant près de quatre ans, une longue bataille a été livrée par certain·es professionnel·les de la publicité et de la communication pour tenter d’étouffer le débat dans l’œuf. Dans une décision rendue en mars dernier, le Tribunal fédéral a validé deux jugements antérieurs 1Cf. «‘Genève sans pub’ franchit un cap», ATS, Le Courrier, 14 avril 2021.

Premièrement, il confirme le jugement de la Chambre constitutionnelle genevoise selon lequel la commune est compétente en matière d’affichage publicitaire. De plus, le Tribunal fédéral estime que l’initiative n’impose pas de restrictions excessives à la liberté économique. Certes, Genève a déjà exclu l’affichage commercial de certaines zones de la ville et octroyé des dérogations pour la publicité culturelle. Cependant, le comité d’initiative souhaite que ce concept directeur sur les procédés de réclame soit revu sur le fond. Car comme le reconnaît la Cour suprême, les objectifs poursuivis par l’initiative sont légitimes. Enfin, rejetant les arguments des opposants qui font feu de tout bois, le Tribunal fédéral estime que les propositions de l’initiative permettent bien d’atteindre ses buts, entre autres empêcher une exposition non désirée à la publicité et une sur-stimulation de la consommation.

En engageant un vrai débat citoyen sur la publicité dans l’espace public, Genève s’empare d’un enjeu crucial pour les sociétés du capitalisme postindustriel globalisé. Pionnière au niveau suisse et fidèle à sa tradition internationale, la cité lémanique rejoint d’autres municipalités comme Grenoble, Bristol, Berlin ou Canberra qui combattent aujourd’hui activement les effets nocifs de la publicité commerciale dans l’espace public.

La publicité et les pratiques commerciales ont un impact de plus en plus décisif sur notre univers culturel et symbolique et, par extension, sur notre diversité culturelle. Elles font appel à tout un répertoire d’outils et de méthodes pour vendre et promouvoir des services ou des biens. Elles évoluent continuellement pour faire passer leur message à un niveau toujours plus subliminal. L’espace public est propriété de toutes et tous. Avec cette initiative, les citoyennes revendiquent leur droit de refuser une exposition non sollicitée aux messages publicitaires. Uniquement destinés à faire vendre, les messages commerciaux ont une influence avérée sur les convictions philosophiques et les aspirations des individus, ainsi que sur leurs valeurs et pratiques culturelles, que ce soit au niveau des habitudes de consommation alimentaire, des goûts, des canons de beauté et des interactions humaines. Monopole des grands groupes économiques, l’affichage publicitaire dans l’espace public véhicule encore très souvent des préjugés sexistes, hétéronormés et classistes.

La rapporteuse spéciale de l’ONU pour les droits culturels a émis des inquiétudes sur le fait que la publicité s’arme de «techniques visant à court-circuiter les modes rationnels de prise de décision», affirmant en cela qu’elle n’est en rien comparable à une forme de liberté d’expression.

Comme l’ont relevé aussi notamment l’Unesco et la Cour européenne des droits de l’homme, les choix culturels des individus doivent pouvoir être protégés de la publicité et des pratiques de marketing.

Notes   [ + ]

1. Cf. «‘Genève sans pub’ franchit un cap», ATS, Le Courrier, 14 avril 2021

Ada Bernier est membre du comité de soutien à l’initiative «Genève zéro pub: Libérons nos rues de la publicité commerciale» et doctorante en administration publique, UNIL.

Emmanuel Deonna est membre du comité d’initiative «Genève zéro pub» et député au Grand Conseil genevois, PS.

Opinions Agora Ada Bernier Emmanuel Deonna Ville de Genève

Connexion