Culture

Arles, multiples postures féministes

Majoritairement accrochée par des commissaires femmes, l’édition 2021 des Rencontres ­photographiques d’Arles met en valeur les approches engagées du médium.
Arles, multiples postures féministes
Liliana Maresca, Sans titre. Liliana Maresca et son travail (1983). LILIANA MARESCA
Photographie

Pour cette nouvelle édition des Rencontres de la photographie d’Arles, après une année blanche, les maîtres mots du nouveau directeur, Christophe Wiesner, venu de la foire internationale Paris Photo, sont «la ­curiosité et l’ouverture». D’où un large éventail d’approches majoritairement féministes, conçues par des femmes – elles assument 14 des 21 commissariats d’exposition. Avec Puisqu’il fallait tout repenser. Le pouvoir de l’art en période d’isolement, la curatrice Andrea Giunta offre un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion