Scène

Faire entendre la poésie des réseaux

Programmée dans l’édition «spéciale été» des Urbaines, Pauline Coquart y performe son premier grand solo In Cynicism There Is Hope.
Faire entendre la poésie des réseaux
Pauline Coquart. DR
Festival 

La solitude, l’empathie, la fluidité dans le genre et le pouvoir de l’autodérision sont quelques-uns des thèmes qui intéressent Pauline Coquart, résidant à Bâle et ancienne étudiante de la HEAD à Genève. Programmée dans l’édition «spéciale été» des Urbaines, elle y performe son premier grand solo In Cynicism There Is Hope. S’adressant au public tout en faisant sonner ses chaussures de métal sur de grandes plaques d’aluminium, l’artiste française espère

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion