International

Des médias sous emprise

Après cinq jours de grève, les salarié·es d’Europe 1 se sont rassemblé·es mercredi pour dénoncer la prise de contrôle de leur station par Vincent Bolloré, patron d’un empire médiatique des plus réactionnaires.
Des médias sous emprise
Parce que faire polémique fonctionne, la chaîne Cnews n’a cessé de se droitiser. Toute la fachosphère y est aujourd’hui régulièrement invitée. CAPTURE D'ECRAN
France

Il est 10 h. Moins d’une semaine après la fin d’une grève qui aura duré cinq jours, la mobilisation des journalistes d’Europe 1 a des airs de cérémonie funéraire. Presque deux cents journalistes de toutes les rédactions parisiennes stagnent devant l’entrée des studios tandis qu’à l’autre bout de Paris Vincent Bolloré entre officiellement au conseil d’administration du groupe propriétaire de la radio, Lagardère. Les responsables syndicaux et d’anciennes et actuelles figures de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion