Livres

La langue de l’exil

Agota Kristof, disparue il y a dix ans, a mis en scène sa bagarre avec la langue dans L’Analphabète, un récit aujourd’hui réédité, dont l’épure ni la brièveté ne le cèdent à la profondeur.
La langue de l’exil
Récit 

Disparue il y a dix ans, Agota Kristof était l’une des voix puissantes de la littérature d’expression française. Langue pourtant considérée en ennemie, qu’elle affrontera jusqu’à son inoubliable «trilogie des jumeaux». Une bagarre avec le langage qu’Agota Kristof a mis en scène dans L’Analphabète, un récit aujourd’hui réédité, dont l’épure ni la brièveté ne le cèdent à la profondeur. Bouquet ténu d’éclats autobiographiques, qui remonte à l’enfance hongroise et à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion