Égalité

«Soudain, nous n’étions plus seules»

Psychologue de formation réfugiée en Suisse, Chahnaz Abdulghafour est une opposante de la première heure et militante des droits des femmes syriennes. Portrait.
«Soudain, nous n’étions plus seules»
Chahnaz a travaillé durant deux semaines dans un restaurant près d’Evolène. «La vie m’a fait un grand cadeau en m’amenant en Suisse, et j’ai rencontré des personnes merveilleuses. Mais les gens n’imaginent pas tout le mal qu’on a enduré. Une partie de moi est restée là-bas.» LGI
Syrie

«J’ai choisi de dire non à Bachar avant la guerre déjà, pour ma liberté, pour celle des femmes, et j’ai payé pour cela. Quand tu as senti le goût de la mort, tu comprends ce qu’est la vie ensuite…» Chahnaz Abdulghafour est une rescapée. Elle a survécu à l’enfer des geôles syriennes, aux blessures et aux bombes, et semble encore avoir du mal à y croire. «C’est un miracle! Je

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion