Scène

Elire le genre féminin

Beaucoup d’institutions théâtrales pratiquent le langage inclusif. Mais rares sont celles qui emploient le féminin générique. Interview des directions du POCHE/GVE et du Grütli à Genève.
Elire le genre féminin 1
La pièce de Julia Haenni, "femme disparaît (versions)", sera créée au POCHE jeudi prochain. SAMUEL RUBIO (PHOTO DE RÉPÉTITION)
Ecriture inclusive

«Les femmes n’ont pas tort du tout quand elles refusent les règles de vie qui sont introduites au monde, d’autant que ce sont les hommes qui les ont faites sans elles.» Le constat de Montaigne (1533–1592), affiché sur le site du POCHE /GVE, n’a pas laissé le théâtre indifférent. En 2017, sous la direction de Mathieu Bertholet, la salle genevoise au fonctionnement horizontal, dédiée aux écritures contemporaines, décidait de féminiser

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion