Musique

Des Athénéennes décadentes

Le festival genevois qui mêle musique classique, jazz et créations propose 19 concerts du 3 au 11 juin. Si tout va bien, le public sera convié.
Des Athénéennes décadentes
Audrey Vigoureux, Marc Perrenoud et Valentin Peiry, le trio de pianistes à la manœuvre, a imaginé une «mise en regard d’œuvres liées à la danse et de musiques associées aux périodes de décadence, troublées, mais historiquement riches en foisonnement des pensées et des esthétiques». KEYSTONE/IMAGE D'ILLUSTRATION
Festival 

Terrassées par la pandémie en 2020, Les Athénéennes reviennent la rage au ventre. Le festival qui mêle musique classique, jazz et créations se place sous le signe de la décadence, rien de moins. Répartie sur six soirées, cette édition propose 19 concerts du 3 au 11 juin. Si tout va bien, le public sera convié à l’Alhambra et à l’Abri mais aussi sur une nouvelle scène extérieure, derrière l’Alhambra. Audrey Vigoureux, Marc

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion