Cinéma

Corps perdus en Sicile

Jeune cinéaste italien, ­Michele Pennetta signe Il mio corpo, un double portrait documentaire traversé par le souffle de la fiction.
Corps perdus en Sicile
SISTER DISTRIBUTION
Documentaire

Après avoir tiré le portrait de Michele Pennetta, impossible de ne pas revenir sur son documentaire. Car Il mio corpo est de ces œuvres qui décantent, qui continuent à vivre en vous quand tant d’autres sont si vite oubliées. A première vue, voilà un film aride – au sens propre et figuré. Le cinéaste italien y filme avant tout deux corps dans un décor. Celui du réfugié nigérian Stanley, travaillant comme balayeur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion