Musique

Assis et à sec, le metal a mal

On a pris part à notre première orgie de gros son en public depuis six mois. L’Usine a vibré et on a encaissé, faute de mieux.
Assis et à sec, le metal a mal
Le noir trio genevois Anak Toba a eu le temps de peaufiner son metal d'apocalypse. DARKSITE.CH/OLIVE
Concert

A vue de nez, on dirait un concert normal. Devant le rez de l’Usine, côté Rhône, les barrières et les mêmes sécu débonnaires, le gros son qui filtre de l’intérieur. Au guichet les choses changent, bienvenue à l’ère des concerts Covid-compatibles. Masqué, on laisse son nom et on se désinfecte les mains avant qu’une permanente de PTR ne nous place «comme au restaurant», il faut en rire. Dans la salle,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion