Histoire

Tchernobyl, la banalisation d’un drame

D’abord sous-estimé, puis dédramatisé et minimisé, l’accident nucléaire ukrainien finira-t-il par être oublié?
Tchernobyl, la banalisation d’un drame 1
Chaque année, le 26 avril, un hommage est rendu aux «liquidateurs» de la centrale de Tchernobyl, au Mémorial de Slavutych. KEYSTONE
Atome

«Zéro mort!» Lors d’un débat sur le nucléaire organisé le 12 avril dernier en France, l’ancien ministre de l’Economie Arnaud Montebourg a jeté un certain malaise en affirmant: «Il faut relativiser la question du risque. Fukushima, zéro mort. Il y a un débat qui s’ouvre, mais enfin, zéro mort. Tchernobyl, zéro mort.» Repris par le journaliste Hervé Kempf, fondateur de Reporterre, le potentiel candidat à la présidentielle de 2022 reconnaît aussitôt

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion