International

Le Kosovo s’invite en Albanie

L’autoritaire premier ministre albanais, Edi Rama, veut obtenir un troisième mandat. L’envie de changement est toutefois dans l’air, impulsée notamment par le dirigeant du Kosovo, Albin Kurti.
Le Kosovo s’invite en Albanie
Edi Rama, le 22 avril à Tirana. Jamais une majorité ne s’est maintenue aussi longtemps au pouvoir depuis l’instauration du pluripartisme en 1991. KEYSTONE
Élections

Ces derniers jours, de bonnes nouvelles sont arrivées de Skopje et de Belgrade pour Edi Rama, le premier ministre albanais. Ses partenaires du «mini-Schengen» balkanique, cet espace de libre échange censé faciliter leur processus d’intégration à l’Union européenne, lui ont apporté plus ou moins directement leur soutien en vue de l’échéance électorale du week-end prochain. Mais rien n’est venu du Kosovo, pourtant peuplé à plus de 90% d’Albanais. Au contraire.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion