Solidarité

Paraguay: «Qu’ils s’en aillent tous!»

Au Paraguay, les paysan·nes accompagnent la révolte contre une classe politique incapable d’endiguer la crise. Rencontre avec Perla Alvarez, en cette veille de Journée internationale des luttes paysannes.
«Qu’ils s’en aillent tous!»
La Marche paysanne, le 25 mars à Asuncion, pour réclamer une meilleure politique agricole et dénoncer la gestion de la pandémie. KEYSTONE
Paraguay

Le mois de mars a été marqué au Paraguay par de violents troubles sociaux, et tout indique que la contestation va se poursuivre. «Le détonateur est la crise sanitaire et économique engendrée par la pandémie, mais le mouvement exprime beaucoup d’autres revendications», indique Perla Alvarez Brítez, dirigeante de la Coordination nationale des femmes rurales et autochtones (Conamuri) et représentante de l’internationale paysanne Via Campesina au Paraguay. Dans ce pays sud-américain,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion