Neuchâtel

Pour faire passer la pilule

Les 320 personnes congédiées par Johnson & Johnson ont appris à quelle sauce elles seront licenciées. Unia reste à l’affût.
Pour faire passer la pilule
«Nous pourrions aller en justice avec des chances de l’emporter pour non-respect du droit du travail», clame la secrétaire générale du syndicat Unia Neuchâtel Silvia Locatelli. KEYSTONE
Licenciements

La secrétaire générale du syndicat Unia Neuchâtel, Silvia Locatelli, a récemment pris acte «de la hauteur du package» que le géant américain de la pharma Johnson & Johnson veut déployer pour dédommager le personnel de ses filiales Ethicon et Medos, à Neuchâtel et à Marin. «L’équivalent d’un mois de salaire par année d’ancienneté dans l’entreprise pour chaque personne licenciée, mais aucun plan social», résume-t-elle au Courrier. A fin janvier, le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion