Livres

En finir avec «l’histoire-qui-tue»

Dans Je suis une fille sans histoire, Alice Zeniter décrypte les structures du récit dominant et leur impact sur le réel – et les femmes. Comment raconter autrement, autre chose? Drôle et percutant.
En finir avec «l’histoire-qui-tue»
Essai 

«On peut rire du sexisme d’Aristote mais je préfère ne pas oublier que nos formes de récits actuelles en ont hérité. Une bonne histoire, aujourd’hui encore, c’est souvent l’histoire d’un mec qui fait des trucs. Et si ça peut être un peu violent, si ça peut inclure de la viande, une carabine et des lances, c’est mieux.» C’est avec humour et une légèreté qui n’empêchent ni la pertinence ni l’acuité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion