Genève

«La mif», un ovni qui brise les tabous

Primé à la Berlinale, le film du Genevois Fred Baillif, raconte la vie d’adolescentes placées en foyer et questionne le système de protection de l’enfance à Genève.
«La mif», un ovni qui brise les tabous
Fred Baillif et Claudia Grob. Le dernier stage du réalisateur, formé à la Haute Ecole de travail social, a été effectué dans un établissement dirigé par celle qui joue le rôle de la directrice dans le film. CEDRIC VINCENSINI
Cinéma

Une chose est sûre, le film La mif, du Genevois Frédéric Baillif, ne passera pas inaperçu. D’une part parce que ce long-métrage se déroulant dans un foyer pour adolescentes a remporté jeudi le «Grand Prix du jury international du meilleur film» dans la compétition «Génération 14+» à la Berlinale. Mais surtout parce que cette œuvre coup de poing se distingue aussi bien par les thèmes abordés – failles du système

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion