Cinéma

Survivances du fado

Avec Silence – voix de ­Lisbonne, la réalisatrice genevoise Céline Coste Carlisle cosigne un beau documentaire sur la résistance des fadistas dans une ville en proie à la gentrification.
Survivances du fado
Ivone Dias, 80 ans passés, continue de revenir dans le quartier où elle a grandi, ­l’Alfama, pour chanter le fado. DR
Documentaire

«Le quartier était comme une famille», se souvient la rayonnante chanteuse de fado Ivone Dias, 80 ans passés, en arpentant les ruelles de l’Alfama, historique quartier lisboète. «On avait les clés des uns des autres, pour relever le compteur d’électricité par exemple», confie-t-elle au bras de la cinéaste Céline Coste Carlisle. Dans son film ­Silence – voix de Lisbonne, coréalisé avec la journaliste hongroise Judit Kalmar et sélectionné dans plusieurs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion