Genève

Les «relations toxiques» de Maudet dans le viseur

Le premier procureur Stéphane Grodecki a requis pour le conseiller d’Etat 14 mois de prison avec sursis accompagnés d’un remboursement de 84’000 francs pour les avantages perçus. Dans son réquisitoire, il s’est attaché à  démontrer la relation coupable qui relie Pierre Maudet et son chef de cabinet, Patrick Baud-Lavigne, à Antoine Daher et Magid Khoury.
Les «relations toxiques» de Maudet dans le viseur
«Pierre Maudet s’est cru plus fort que les règles. Il le croit toujours aujourd’hui en affirmant ‘Je ne suis pas influençable’», a lancé premier procureur. KEYSTONE
Justice 

Se méfier de l’eau qui dort. La défense aura appris aujourd’hui que la discrétion du premier procureur Stéphane Grodecki durant les premiers jours du procès n’était que l’économie d’une énergie toute entière consacrée à l’acte de mercredi après-midi: le réquisitoire. Le procureur s’est attaché à y démontrer la relation coupable qui relie Pierre Maudet et son chef de cabinet, Patrick Baud-Lavigne, à Antoine Daher et Magid Khoury – hommes d’affaires

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion