Religions

Divorce, un combat israélien

Une Israélienne juive sur cinq qui veut divorcer est retenue dans le mariage contre son gré. En cause, le pouvoir donné aux maris par les tribunaux rabbiniques orthodoxes.
Divorce, un combat israélien
La loi juive prescrit que seul le mari peut décider de la fin des noces. KEYSTONE
Israël 

 Depuis trente ans, Sarah ne compte plus les tentatives de conciliation, les suppliques, les démarches, les espoirs déçus, les heures à attendre, en vain. La vie de cette Israélienne est suspendue à un document que son mari lui refuse: l’acte de divorce, guett en hébreu. «Je me bats depuis des années pour ma liberté. Mais mon ex considère que je lui appartiens», déplore cette mère de quatre enfants aujourd’hui adultes,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion