International

Quand «l’Amérique a perdu le nord»

Derrière les images de chaos à Washington se dessine celle de la présidence de Donald Trump.
Quand «l’Amérique a perdu le nord»
Les violences mercredi soir à Washington ont été condamnées par de nombreux dirigeants mondiaux. KEYSTONE
États-Unis

«L’Amérique a perdu le nord. Elle n’a pas le droit d’imposer de cap à qui que ce soit. La fête de la démocratie est terminée!» Un haut responsable du Parlement russe cachait à peine sa jubilation, hier, devant les images de désolation venues de Washington. Réaction assez similaire en Iran, où le président Hassan Rohani a estimé que ces événements montrent que la démocratie occidentale est «fragile et vulnérable». Au

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion