Solidarité

Aide et effets pervers

Fin connaisseur du monde des ONG et de la coopération internationale, Joan Bastide vient de publier un roman qui épingle les dérives de l’aide au développement. Entretien.
Aide et effets pervers
Dans le cadre de l’aide au développement, le saucissonnage des projets et l’éloignement du terrain conduit à la dilution des besoins de l’opérationnel dans les logiques comptables et administratives. KEYSTONE-ARCHIVES
Développement

Installé depuis le début de l’année à Nanyuki, au pied du mont Kenya, Joan Bastide est un globe-trotter du travail humanitaire. Après un master en géographie à Genève et un stage à l’Organisation mondiale de la santé, ce Français scolarisé en Suisse vit ses «premières sensations de terrain» au Mali et au Niger en 2007 pour le compte de l’ONG Action contre la faim. Une expérience à l’origine de Que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion