Suisse

Chercheurs fragilisés

La relève scientifique universitaire en a assez des contrats à durée déterminée et a lancé une pétition.
Chercheurs fragilisés
L’incertitude liée aux postes à durée déterminée concerne environ 80% du personnel académique qualifié. KEYSTONE-ARCHIVES
Hautes écoles

Caroline*, la quarantaine, employée dans le domaine de la culture après un long chômage et une reconversion professionnelle difficile, pensait faire une carrière académique. Elle a jeté l’éponge, elle qui avait été maître assistante à la Faculté des lettres à l’Université de Genève pendant dix ans (dont deux en tant que boursière). Or ce type de poste est à durée déterminée. Arrivée à l’échéance de son contrat après quelques mois

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion