Lecteurs

Quel Noël à Gaza?

Eric Merguin rappelle les innombrables difficultés que connaissent les habitants de la bande de Gaza.
Palestine

Que se passe-t-il à Gaza en cette veille de Noël?

La population gazaouis (deux millions d’habitants) étranglée par un blocus israélien de plus en plus sévère, souffre du manque d’eau potable, de médicaments, de travail pour les adultes.

Les pêcheurs sont interdits de sorties en mer…

Suspendues aussi les sorties pour urgences de soins!

L’accès à l’électricité est limité à trois heures par jour.

Des enfants sont arrêtés et détenus avec de gros risques de contamination.

L’une de leurs écoles primaires vient d’être bombardée.

Mais le pire, si cela est possible dans une situation aussi dramatique, touche surtout le sort des enfants. Qu’est-ce qui pourra les retenir de lancer encore une pierre, à Gaza comme en Cisjordanie, contre toute irruption soldatesque ou quelque convoi militaire, symboles d’une oppression qui dure d’avant leur naissance?

Et qu’en est-il de la politique étrangère du gouvernement suisse? Ces derniers jours, Ignazio Cassis explique sur place qu’elle consiste en une aide économique à l’Autorité palestinienne alors que ce que réclament ces enfants et le peuple palestinien ce n’est pas quelques francs de plus; comme si l’octroi de plus d’aide économique pouvait leur faire oublier leur exigence fondamentale: la reconnaissance de leur humanité, le droit d’exister comme un peuple souverain, une Palestine libre!

Malgré l’indifférence presque générale des Etats du monde, des femmes et des hommes conscients de la justesse de cette cause s’emploient à la faire connaître et agissent tout spécialement pour que Gaza, ce magnifique carrefour de langues et de civilisations anciennes, soit à nouveau un acteur indispensable de l’émancipation des peuples et de l’humanité.

Foin donc des chocolats, des paillettes ou même d’autres gadgets électroniques; ce qu’attendent les enfants de Gaza c’est que nous reconnaissions leur humanité, un avenir, une plage ouverte, un ciel sans nuage, une nuit apaisé, Noël.

Eric Merguin, parrain d’un enfant de Gaza, Genève

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Palestine Gaza

Connexion