Actualité

Virus sécuritaire

Mal préparé à la seconde vague pandémique, le gouvernement grec accuse la rue et accélère le renforcement de son appareil sécuritaire, prélude à une année 2021 qui s’annonce agitée sur le plan social.
Virus sécuritaire
Les policiers antiémeute marchent dans la ville d’Athènes, vide, autour d’un canon à eau, le 17 novembre 2020. Ils viennent de disperser violemment une manifestation commémorant le soulèvement des étudiants contre la junte en 1973. AQUARELLE D’ELISA PERRIGUEUR
Grèce

Quelque 1500 personnes se tiennent debout, masquées, pour la plupart à un mètre de distance, dans le centre d’Athènes. Comme chaque 17 novembre, ces partisans communistes ou d’extrême gauche commémorent le soulèvement des étudiants de l’Ecole polytechnique réprimé dans le sang en 1973, sous la dictature des colonels. Cette année, les personnes figées dans silence quasi-religieux ne défilent pas comme à l’accoutumée. Le rassemblement a été interdit par le gouvernement

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion