Suisse

Pas de collection Bührle sans exportations d’armes

Les exportations d’armes ont permis à Emil Bührle, plus grosse fortune de Suisse après-guerre, de constituer sa collection d’art. C’est ce qui ressort d’une étude mandatée par la ville et le canton de Zurich.
Pas de collection Bührle sans exportations d'armes
Patron de la Werkzeugmaschinenfabrik Oerlikon (WO), Emil Bührle (ici à gauche) a fourni des canons antiaériens à l’Allemagne entre les deux guerres. KEYSTONE
Histoire suisse

Les œuvres de la collection controversée d’Emil Bührle (1890-1956) seront exposées au Kunsthaus de Zurich dès l’année prochaine. Les ventes d’armes ont fait d’Emil Bührle, qui était originaire d’Allemagne, l’homme le plus riche de Suisse à l’époque. L’historien Matthieu Leimgruber, de l’Université de Zurich, a présenté mardi une étude de 234 pages sur les liens entre les ventes d’armes et la collection d’art. L’étude a été mandatée par la ville

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion