Scène

Diana Akbulut, autodidacte de la rue

La jeune hip-hoppeuse, aka Daya Jones, aurait dû présenter ce mois-ci sa première création Amour Grenade à Genève et Lausanne. Elle nous raconte son passage des battles à la scène.
Autodidacte de la rue
La danseuse d’origine kurde et alévie a transformé le hip-hop pour l’amener à un autre niveau. CEDRIC VINCENSINI
Danse

La chorégraphe et danseuse lausannoise vient d’apprendre l’annulation de son spectacle Amour Grenade, programmé en novembre à la Salle des Eaux-Vives de l’Association pour la danse contemporaine, à Genève, dans le cadre du festival Emergentia, puis à l’Arsenic à Lausanne. «Il est difficile de bosser dans cette incertitude. On travaille dessus depuis des mois et là, les annulations tombent les unes après les autres. C’est l’ascenseur émotionnel!», confie-t-elle s’excusant d’être

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion