Suisse

«Des choix s’imposent déjà»

Les services de soins intensifs tournent à plein régime. Aux HUG comme ailleurs, le tri des patients pourrait devenir réalité. Entretien avec le médecin-chef Jérôme Pugin.
«Des choix s’imposent déjà»
«Pour l’instant nous ne sommes pas dans une situation de tri sacrifiant et pour moi ce serait imaginable qu’on puisse augmenter encore un peu les capacités aux soins intensifs.» JPDS
Covid-19

Devra-t-on bientôt durcir le tri des malades aux portes des soins intensifs? La question est sur toutes les lèvres, alors que le nombre de patients hospitalisés continue d’augmenter. Les Hôpitaux universitaires genevois (HUG) accueillent à ce jour 28 patients aux soins intensifs, dont 27 intubés, auxquels s’ajoutent 56 patients aux soins intermédiaires. Tous souffrent de symptômes très aigus. Le médecin-chef des soins intensifs a accepté de répondre à nos questions.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion