Suisse

La Chine perd un outil d’influence

Après la fermeture de l’Institut Confucius à Bâle, la Suisse n’en compte plus qu’un, celui de Genève.
La Chine perd un outil d’influence
Avec la fermeture de l’Institut Confucius à Bâle, c’est une occasion de faire rayonner la culture chinoise qui disparaît. KEYSTONE/PHOTO PRÉTEXTE
Culture

Pékin vient de perdre en Suisse un poste avancé de poids dans sa politique de diffusion de la culture chinoise. L’Institut Confucius de l’Université de Bâle (CIUB) a fermé ses portes fin septembre après sept ans de service. Hanban, le Bureau chinois de l’enseignement des langues étrangères qui gère ces établissements de formation à travers le monde, voulait limiter dans la cité rhénane les activités à un enseignement linguistique. L’université

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion