Économie

«Créons un impôt de solidarité»

Le directeur de l’institut KOF, Jan-Egbert Sturm, propose de taxer davantage les bénéfices des entreprises.
«Créons un impôt de solidarité»
Les entreprises basées sur le numérique, notamment de vente par correspondance, ont montré leur force durant la crise sanitaire. KEYSTONE
Crise

Comment assumer les dizaines de milliards de francs que coûtent les mesures de soutien à l’économie? La réponse unanime, jusqu’ici, est par l’endettement uniquement. Mais une voix tranche, celle de Jan-Egbert Sturm, directeur de l’institut de recherches conjoncturelles KOF, rattaché à l’EPFZ. Depuis le confinement du printemps, il propose de briser un tabou et de relever temporairement l’impôt sur les bénéfices des entreprises. Vous proposez de couvrir une partie des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion