Musique

Le rêve rose de Cendrillon

Au Grand Théâtre de Genève, Laurent Pelly projette La Cenerentola de Rossini dans un rêve délirant modelé par un plateau instrumental et vocal de premier plan.
Le rêve rose de Cendrillon
Cendrillon tiraillée entre ses sœurs Clorinde et Tisbe. CAROLE PARODI
Opéra

Parcours tracés, bars fermés, public, musiciens et chef d’orchestre masqués, parterre clairsemé… En se glissant dans son fauteuil, avant une représentation de La Cenerentola, au Grand Théâtre de Genève, on se laisse surprendre par le silence qui plane sur une salle habituée à bruisser de mille voix avant le lever de rideau. Délesté de ses rituels mondains, l’opéra se recentre ainsi sur l’essentiel: la musique, la scène et les voix.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion