Cinéma

A l’école de la haine

Inspiré par Notre-Dame du Nil, roman de Scholastique Mukasonga sur les prémices du génocide rwandais, l’écrivain-cinéaste Atiq Rahimi en tire une parabole universelle.
A l’école de la haine
TRIGON-FILM
Film

Après avoir porté à l’écran ses propres romans (Terre et Cendres puis Syngué sabour – Pierre de patience), Atiq Rahimi s’empare de l’œuvre d’une consœur: Notre-Dame du Nil de Scholastique ­Mukasonga, Prix Renaudot 2012. L’autrice rwandaise y revisite son adolescence dans une école catholique pour évoquer les premiers pogroms du gouvernement hutu, vingt ans avant le génocide de 1994. Sujet sensible et entreprise délicate, puis­que le cinéaste franco-afghan ignorait tout

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion