Musique

A Genève, pas de danse à la rentrée

Après la décision de l’exécutif de prolonger la fermeture des salles dédiées aux soirées ­dansantes, c’est tout le milieu de la nuit qui s’interroge sur son avenir. Pour Mauro Poggia, la prévention prime.
A Genève, pas de danse à la rentrée
En plus des difficultés financières, la crainte des professionnels, si la pandémie devait se prolonger, est la perte de confiance du public. KEYSTONE
Vie nocturne

Le Conseil d’Etat garde donc les nuits genevoises sous cloche. Le train de mesures complémentaires anti-Covid annoncé lundi s’est accompagné d’une prolongation jusqu’au 10 septembre de la ­fermeture des dancings «et installations assimilées», décrétée le 31 juillet. Tout dispositif visant à diffuser de la musique dans un lieu public, hors événement culturel de type spectacle ou concert, est concerné. L’exécutif justifie la mesure par la situation épidémiologique particulière à Genève

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion