Neuchâtel

Cyanobactéries dans l’éprouvette

L’université de Neuchâtel cultive en labo le micro-organisme à l’origine de la mort de six chiens, afin de l’étudier et prévenir sa prolifération. Les autorités ont lancé un nouvel avis de prudence.
Cyanobactéries dans l’éprouvette 1
La cyanobactérie identifiée se développe sur des pierres ou des plantes aquatiques et se serait détachée pour rejoindre la surface. CORINE DIACON
Environnement

Fin juillet, les Neuchâtelois découvraient brutalement que certains micro-organismes du lac étaient toxiques. En vingt-quatre heures, les décès de six chiens s’étant baignés à proximité de l’embouchure de l’Areuse sur le littoral ouest alarmait le vétérinaire cantonal. Les animaux ont ingérés des amas brunâtres ressemblant à des algues, flottant à la surface. Les autorités ont interdit la baignade dans la zone concernée et l’ont déconseillée sur l’ensemble des plages du

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion