Livres

Le roman du néofascisme italien

Jean-Noël Schifano met en regard perversions politique et sexuelle dans Anna Amorosi, immersion napolitaine dans les années de plomb italiennes.
Le roman du néofascisme italien 1
Le château Sant’Elmo qui domine Naples. WIKICOMMONS
littérature française

C’est autour de la statue de la Vierge Noire, «la Madone Brune, la Mamma d’o Carmine», mamelonnée et allaitante, que Jean-Noël Schifano tisse sa nouvelle chronique napolitaine à peine romancée. Après son court récit sur Renato Caccioppoli, ce mathématicien incomparable qui défia Hitler et Mussolini paradant à Naples le 5 mai 1938, le plus parisien des napolitains poursuit avec Anna Amorosi le second volet de sa satire contre la peste brune. Sur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion