Vaud

Répit pour le Musée de l’immigration

A Lausanne, le conservateur du Musée de l’immigration, Ernesto Ricou, devait vider les locaux de l’avenue de Tivoli à la demande de l’agence immobilière Cogestim SA. Le tribunal lui a donné un délai supplémentaire.
Répit pour le Musée de l’immigration
Le conservateur du musée, Ernesto Ricou, a été prié de vider les locaux de l’avenue de Tivoli. Trente mètres carrés pour documenter le monde. Sur deux étages, c’est l’espace dont il dispose pour entreposer malles, photos, livres et objets d’art de tous les pays. OLIVIER VOGELSANG
Musée de l'immigration

Grand soulagement pour le conservateur du Musée de l’immigration Ernesto Ricou. Mardi, le Tribunal des Baux lui a donné un délai supplémentaire pour quitter ses locaux de l’avenue de Tivoli. Le Musée a jusqu’au 30 septembre 2021 pour trouver une solution. Lien du musée avec l’école Ernesto Ricou espère trouver un lieu avec la Ville de Lausanne. Il a en vue des pavillons scolaires de l’établissement du Belvédère. «Le lien

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion