Arts plastiques

La gravure pour survivre

A l’heure où l’on peut se sentir enfermé, l’historienne de l’art Lucienne Peiry consacre un livre à Nannetti, qui a connu les asiles à la pelle.
La gravure pour survivre 1
Un extrait des écrits gravés de Fernando Nannetti. PIER NELLO ­MANONI
Art Brut

C’est un journal intime livré aux yeux de tous. Gravé avec une petite boucle de ceinture sur un mur long de 70 mètres, comme un acte ­éperdu de survie. Fernando Oreste Nannetti (1927-1994), dit ­Nannetti, mettait à profit l’heure de promenade quotidienne dans son asile carcéral de Volterra en Toscane pour rédiger son histoire. A même le mur hospitalier. Elaboré entre 1959 et 1973, ce texte poétique composé de mots

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion