Livres

Le virus nous ­révèle

Alors que prolifère le coronavirus, la réalité semble rejoindre ces fictions de la contagion qui éclairent notre nature profonde. Car «l’épidémie, c’est l’homme contre lui-même».
Le virus nous ­révèle 1
Image tirée du film sud-coréen "Pandémie" (en anglais "The Flu"), sorti en 2013 et projeté au Festival international de films de Fribourg l’année suivante. DR
Contaminations

Il se répand, fulgurant. Et c’est toute la collectivité qui tremble, secouée de convulsions allant du déni à l’hystérie, de l’aveuglement relativiste à la psychose. Le coronavirus, qui depuis le début de l’année prolifère sur la surface du globe, éprouve les liens qui nous unissent à nos semblables. Menacé, l’humain social se révèle à lui-même. Voici alors qu’apparaît ce «mélange de courage et de couardise, de dévouement et d’égoïsme» qu’évoquait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion