Société

Création d’une mémoire collective

Cette semaine, nos photographes ont pris  des clichés qui rendent compte de l’ambiance irréelle qui prévaut et du silence qui règne sur nos rues et nos places.
Création d’une mémoire collective
Genève, mardi 17 mars. JPDS
Coronavirus

C’est une ambiance étrange, feutrée, qui prévaut. Un grand silence s’est abattu depuis quelques jours sur nos rues et nos places. Presque plus de circulation – si l’on fait abstraction des quatre heures de queue à certaines douanes –, des gens calfeutrés chez eux, d’autres qui déambulent un peu inquiets. On s’évite en se croisant. On remercie le cycliste qui fait preuve de prévenance, les magasins sont fermés, à part l’alimentaire. Les petites

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion