Histoire

Le calvaire des femmes persécutées

Crime de guerre ou arme génocidaire, le viol perdure malgré un arsenal juridique international.
Le calvaire des femmes persécutées
Durant la ­Seconde Guerre ­mondiale, ­plus de 200'000 esclaves sexuelles ont été forcées de travailler comme «femmes de réconfort» pour les troupes japonaises. RTS
Conflits

«Le corps des femmes est devenu un véritable champ de bataille.» Ce cri d’alarme, martelé par le docteur congolais Denis Mukwege, spécialiste du traitement des mutilations génitales, alors qu’il recevait le Prix Nobel de la Paix en 2018 à Oslo, a permis de prendre la mesure d’un fléau de guerre trop souvent oublié. Pourtant, les chiffres sont là: 500’000 victimes en République démocratique du Congo, y compris des fillettes et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion