Reboleira en résistance
Superbement photographié, "O Fim do mundo" prend des allures de film noir dans les séquences nocturnes. SISTER DISTRIBUTION
Cinéma

Reboleira en résistance

Chroniqueur d’une favela lisboète, Basil Da Cunha revient avec un second long métrage, O Fim do mundo, qui s’impose comme son film le plus abouti. Entretien.
Film

Basil Da Cunha compte parmi ces rares cinéastes dont l’univers singulier s’affirme dès leurs premiers films. Un univers ancré à Reboleira, favela créole de Lisbonne où il s’est installé en 2009. Le Lausannois en a fait le décor de deux courts et un premier long métrage tournés avec ses habitants et sélectionnés à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes. Avec O Fim do mundo (La Fin du monde), découvert en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion