International

Les raisons d’un exode

Ils avaient trouvé refuge en Turquie mais la crise économique et la montée de la xénophobie rendent leur vie de plus en plus difficile. Poussés par Ankara, ils s’agglutinent à la frontière avec la Grèce.
1
Après une première nuit passée dehors, épuisés par le froid et les jets de gaz lacrymogènes, de jeunes réfugiés tentent de négocier avec les policiers grecs dans la zone tampon. «Ouvrez la porte, ouvrez la porte», répètent-ils en vain. MARIE TIHON
Turquie

C’est dans un champ en bordure du village turc de Doyran que des petits groupes d’une dizaine de personnes ont posé leurs sacs remplis à ras bord de victuailles, de couvertures et de vêtements. La localité est blottie contre la rivière Evros, qui marque les 212 kilomètres de la frontière entre la Turquie et la Grèce. A moins de 100 mètres, les haut-parleurs d’un mirador grec hurlent «Don’t come! Go

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion