Cinéma

Vocation contrariée

Avec «La Communion», le Polonais Jan Komasa livre une critique sociale acerbe sur les pas d’un imposteur en soutane.
Vocation contrariée
Daniel termine de purger sa peine dans un centre de détention pour mineur. Le délinquant y a trouvé la foi. XENIX BODEGA
Pologne

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ce film s’inspire de faits réels: le cas d’un jeune prêtre imposteur en Pologne. Formé à la fameuse école de cinéma de Lodz et primé au GIFF pour La Chambre des suicidés (2011), Jan Komasa s’empare habilement du sujet dans son troisième long métrage. Déjà intriguant, le prologue de La Communion nous présente Daniel, qui termine de purger sa peine dans un centre de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion