Lecteurs

Mise au point

Jérôme Christen réagit à un entretien avec Hadrien Buclin que nous avons publié récemment.
Fiscalité

Dans votre édition du 22 janvier, le député Hadrien Buclin, dont je partage par ailleurs le point de vue sur les effets pervers de la réforme fiscale, déclare: «Hormis quelques députés verts, la gauche radicale a été la seule à intervenir (…)».

Mon intervention au Grand Conseil le 15 septembre 2015 était pourtant parfaitement claire: je m’y suis opposé au nom de la défense des communes. Voici un bref extrait de mon intervention: «Ce passage en force, alors que nous avions bien autres objets aussi importants à débattre, la façon dont les communes sont traitées par l’Etat, la remise en cause d’une certaine forme de justice sociale, sont autant de raisons pour lesquelles je refuserai l’entrée en matière sur cette réforme fiscale (…)».

Alors quand j’entends le PS venir nous vanter, la bouche en cœur, des mesures sociales compensatoires, tant elles sont insuffisantes à côté des cadeaux fiscaux accordés, je me dis qu’il y a quelque chose de pourri au royaume vaudois PLR-Socialiste. Et si la défense d’un Etat fort au service du bien commun relève de la démagogie, alors je veux bien rallier le camp des démagogues.

Puis, j’ai fait une nouvelle intervention au sujet de cette réforme en juin 2018 dans laquelle je parle de: «Vaste fumisterie qui affaiblit la position des collectivités publiques par une réduction des moyens à disposition pour mener des politiques publiques indispensables à l’équilibre de notre société.»

Jérôme Christen,
député Vaud Libre

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Fiscalité

Connexion