Scène

Rémi, orphelin punk version Capdevielle

Jonathan Capdevielle fait de Rémi, tiré de Sans famille d’Hector Malot, une fresque sociale contemporaine, punk et drôle. A voir encore ce mardi soir à Antigel avant Sierre et Lausanne.
Rémi, orphelin punk version Capdevielle
Rémi, avec la troupe de son maître Vitalis. MARC DOMAGE
Théâtre

Cette fois-ci, il n’est pas sur scène mais à la mise en scène. Rémi n’en demeure pas moins un spectacle qui lui ressemble, comme une suite logique dans le parcours de cet artiste polyvalent dont le premier solo, Adishatz/Adieu, tout en chansons, avait lancé la carrière personnelle il y a une dizaine d’années – il avait été l’interprète entre autres de Gisèle Vienne, rencontrée à l’Ecole de la marionnette de Charleville-Mézières.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion