Égalité

Les «copier-coller» de la recherche

Dans le domaine médical, notamment la recherche médicamenteuse, les biais de genre sont importants et, parfois, dramatiques. Tout n’est pas perdu, estime une professeure de médecine.
Les «copier-coller» de la recherche
«Très souvent, les femmes absorbent des médicaments qui n’ont été testés que sur des hommes», explique Antoinette Péchère. KEYSTONE
Pharma

Le scandale actuel lié à l’antiépileptique Dépakine le pointe dramatiquement: face aux médicaments, les femmes sont particulièrement vulnérables. Une évolution s’amorce néanmoins peu à peu, clairement amplifiée depuis deux ans par les prises de conscience liées à #Metoo et à la grève du 14 juin, se réjouit Antoinette Péchère, membre de la commission de l’égalité de la Faculté de médecine de l’université de Genève et responsable du Centre d’hypertension des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion