Livres

L’art de se perdre

David Collin dédie son essai à Victor Segalen, auteur réputé autant pour son style que pour ses pérégrinations.
L’art de se perdre
Essai

David Collin s’en défend, ce joli opuscule à la typographie soignée n’a rien d’une «apologie», et au classique exercice d’admiration il préfère «parcours vers et avec Segalen». Le voyage ne saurait être absent de cet essai dédié à un auteur réputé autant pour son style que pour ses pérégrinations, de la lointaine Polynésie à la Chine mais, à dire vrai, que l’on connaisse ou non les écrits du Brestois, rien

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion