Musique

Tristes tropiques lyriques

Au Grand Théâtre, Les Indes Galantes, opéra-ballet de Rameau, s’enfonce dans une dramaturgie embrouillée et une scénographie étouffante.
Tristes tropiques lyriques
Au GTG, Lydia Steier fait appel au ressort dramaturgique du «théâtre dans le théâtre». MAGALI DOUGADOS
Opéra

A l’instar de Claude Lévi-Strauss, qui déclarait, dans les premières lignes de Tristes Tropiques, haïr les «voyages et les explorateurs», la metteure en scène Lydia Steier rejette l’exploration des contrées exotiques – un leitmotiv qui a fasciné les esprits du XVIIIe siècle et qui constitue la charpente des Indes Galantes. L’ailleurs fantasmé, l’érotisme et la sensualité des populations extra-occidentales irriguent le livret, aussi ténu que disloqué, de Louis Fuzelier, reposant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion