Cinéma

Mary Poppins dérape

Tirant le roman éponyme de Leïla Slimani vers le thriller, Chanson douce en propose une relecture réductrice où l’effroi l’emporte sur la réflexion.
Adaptation

Suscitant fascination et incompréhension, les faits divers les plus atroces questionnent in fine notre société. Leïla Slimani le démontrait avec Chanson douce (Goncourt 2016), inspiré par le double infanticide d’une nourrice sociopathe. On en n’attendait pas moins de son adaptation à l’écran par Lucie Borleteau, qui trahit malheureusement les ambitions du roman. Alors que celui-ci s’ouvrait sur le crime pour en analyser ensuite les ressorts, le film mise sur le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion